Coach Certifié Professionnel membre EMCC et SICPNL, suivant la charte deontologie

Charte relationnelle de déontologie

I - Relations du coach avec lui-même

Formation professionnelle initiale et permanente

Le coach a reçu une formation professionnelle initiale théorique et pratique de haut niveau apte à créer une compétence d’exercice du métier de coach. Il s’engage à suivre une formation continue afin d’élargir ses connaissances et de prendre soin de son développement professionnel.

Processus de travail sur soi

Le coach atteste d’une démarche de travail continue et approfondie sur lui-même, ce travail étant distinct de sa formation.

Supervision

Le coach s’engage à recourir régulièrement à un superviseur. Cette démarche lui permet de prendre du recul par rapport à sa pratique, de se maintenir dans une dynamique de croissance, et de professionnalisation au service du (des) coaché(s).

Confidentialité

Le coach est tenu par le secret professionnel. Il garantit l’anonymat des personnes qui le consultent et ne communique aucune information à un tiers sur une personne, sans son accord exprès. Toute information sur un client est traitée de façon strictement confidentielle sous réserve du respect des lois en vigueur dans le pays concerné.

Respect de lui-même

Le coach observe une attitude de réserve, de respect, et de bienveillance à l’égard de lui-même. Il est en droit de refuser une mission si elle ne lui semble pas conforme à son éthique, ou à ses compétences. Il oriente alors le client vers d’autres professionnels.

II - Relations entre le coach et le coaché

Confidentialité

Le coach garantit au coaché la stricte confidentialité des échanges tenus pendant les séances. Il existe cependant des situations graves dans lesquelles un coach peut être amené à sortir du cadre de la confidentialité, notamment si un client représente un danger pour lui-même ou pour les autres, ou s’il enfreint les lois du pays concerné.

Cadre de la relation

Le coach s’engage vis-à-vis du coaché, à établir un contrat clair et négocié.

Développement de l’autonomie

Le coach s’attache à aider le coaché à développer sa capacité à trouver lui-même les solutions qui lui conviennent à ne pas lui apporter des réponses, ni décider ou agir à sa place. Il est attentif, au fil de la mission, à favoriser l’autonomie du coaché afin qu’il puisse continuer seul son chemin dès lors que l’accompagnement sera terminé.

Respect de la personne

Le coach observe une attitude de réserve, de respect et de bienveillance à l’égard de son client. Il est vigilent à ne pas laisser se développer une relation de transfert ou de contre transfert préjudiciable à la qualité de la mission.

Obligation de moyens

Le coach s’engage à utiliser toutes ses compétences pour permettre le développement professionnel et personnel du coaché, dans le cadre de sa demande, y compris en ayant recours, si besoin est, à un confrère. Le coaché reste néanmoins seul responsable de ses décisions.

III - Relations entre le coach et l’organisation

Le terme « organisation » recouvre l’entreprise cliente à laquelle appartient le coaché, et/ou le donneur d’ordre dans cette entreprise et/ou, s’il y a lieu, le supérieur hiérarchique du coaché.

Attitude générale vis-à-vis de l’organisation

Le coach cherche à comprendre le métier, les valeurs et les usages de l’organisation qui lui commande la mission de coaching, afin d’accompagner le coaché en toute connaissance de cause. Il ne divulgue jamais les informations auxquelles il a accès au cours de la mission auprès de quiconque.

Indépendance vis-à-vis de la hiérarchie et de l’organisation

Le coach agit dans le cadre du contrat commercial et en respectant les objectifs assignés à la mission de coaching qu’il mène. Il accompagne le coaché en toute indépendance vis-à-vis de la hiérarchie et de l’organisation en général.

Confidentialité vis-à-vis de l’entourage du coaché

Le coach ne transmet aucune information sur le contenu des séances de coaching à l’organisation, sauf accord exprès du coaché.

S’il est amené à faire un feed-back sur le déroulement de la mission de coaching à l’organisation, il en informe le coaché et s’en tient à dire comment se passe le processus.

IV - Relations avec la profession

Supervision établie

L’exercice professionnel du coaching nécessite une supervision. Le coach est tenu de disposer d’un lieu de supervision et d’y recourir à chaque fois que la situation l’exige.

Appartenance aux associations professionnelles

Seuls les membres de l’Association s’acquittant annuellement de leur cotisation peuvent se prévaloir de leur appartenance à l’association. Ils ont le droit d’utiliser l’appellation déposée ci- dessous dans toute communication professionnelle les concernant: Membre adhérent de l’Association Empreintes.

Ils peuvent rappeler, dans toute communication professionnelle les concernant qu’ils sont tenus au respect de la charte de déontologie de l’Association.

Recours

Toute organisation ou personne peut faire un recours auprès de l’Association en cas de manquement aux règles professionnelles élémentaires inscrites dans ce code ou de conflit avec un coach de l’Association.

Devoir du coach vis-à-vis de ses confrères

Le coach se tient dans une attitude de réserve vis-à-vis de ses confrères, qu’ils soient ou pas membres de la même Association.

V - Relations avec le reste de l’environnement

Attitude de réserve vis-à-vis des tiers

Le coach observe une attitude de réserve vis-à-vis des tiers, du public, pour éviter, par exemple, tout risque de reconnaissance de ses clients par autrui, ou encore utiliser ses clients à des fins médiatiques. Il peut toutefois être dérogé à cette règle dans le cadre de programmes pédagogiques, par exemple, sous réserve de l’accord exprès du ou des coachés et, le cas échéant, de l’organisation donneuse d’ordre.

Respect des lois

Le coach s’engage à respecter les règles de droit commun du pays dans lequel il exerce sa profession.

COMMENT RECONNAITRE UN COACH PROFESSIONEL ?

emcc-logo

icf-logo